Banque des Pro en France : plus de 6 millions et demi de comptes

Dernière mise à jour : 17 nov. 2021

La mise à niveau des acteurs historiques reste à venir face à la vague des pure players


Paris. 9 novembre 2021. Forte de cinq années d’expérience dans la notation de la performance digitale de la banque des particulier, D-Rating a conduit en 2021 sa première campagne de mesure de la banque des professionnels. Les écarts qu’elle relève entre banques de réseau et banques digitales, très favorables aux secondes, dessinent un paysage proche de celui qui prévalait en 2017 dans la banque de détail ; compte tenu des enjeux croissants attachés à ce segment de clientèle, cette nouvelle concurrence devrait stimuler les acteurs historiques dans la mise à niveau de leur performance numérique, au-delà du lancement (ou du rachat) d’enseignes spécialisées, à l’exemple du phénomène de rattrapage que D-Rating a constaté à l’échelle européenne dans la banque de détail : en novembre 2020, quatorze acteurs historiques, dont BNP Paribas, et Société Générale, se trouvaient classés comme « rich and efficient », au côté de Bunq, N26, Orange Bank et Revolut.

Digital & banque des pros : un triple booster


1 – Un nombre significatif de nouveaux clients potentiels : la France a connu en 2020 un nombre record de création d’entreprise et principalement de micro-entreprise : près de 1 million soit une hausse de 31% en un an.

2 – Un dispositif législatif (loi PACTE) qui oblige à l’ouverture d’un compte bancaire spécifique à l’activité, dès lors que le chiffre d’affaires excède 10 000 € par an pendant deux ans. Compte tenu du concours de séduction auquel se livrent les différents acteurs, banques historiques comme nouveaux entrants, l’incitation est grande pour un entrepreneur de s’orienter alors vers un compte « pro » plutôt que vers un compte « particulier ».

3 – Une offre digitale spécifique « pro » qui explose avec Qonto (124 M€ levés depuis 2018 d’après le Baromètre eCAP PARTNER / D-Rating), Memo Bank (26,4 M€), Mooncard (5 M€), Anytime (racheté en février 2021 par Orange Bank) ou Shine (racheté à l’été 2020 par la Société Générale) mais également les lancements opérés par les banques historiques : Blank (Crédit Agricole), Prismea (Crédit du Nord) …


Vision globale :

Tout comme en 2017, nous observons une séparation claire au niveau du score global entre, d’un côté, les banques digitales et, de l’autre, les banques de réseau.



Distribution du score global et par domaine (min, max & médiane) : Banques Digitales vs Banques de réseaux

S’agissant des parcours-clients, les résultats ne surprennent pas, puisque les banques digitales ont construit leur modèle sur la performance de celui-ci. C’est sans surprise, notamment, que Blank, Qonto et Shine[1] se retrouvent dans le Top3 sur le sujet de l’ouverture de compte.


Sur ce même sujet, et à la date de l’évaluation, La Banque Postale était la seule des banques de réseau permettant de réaliser un parcours digital complet, jusqu’à l’ouverture effective du compte en ligne. Pour l’ensemble des autres acteurs, un passage en agence a été nécessaire pour nos testeurs.


Lorsque l’on étudie les canaux de contact, les résultats sont moins discriminants entre les deux types de banques. Et sur ce sujet c’est une banque digitale « de première génération », HelloBank ! (groupe BNP Paribas), qui domine le classement, en capitalisant sans doute sur l’expertise qu’elle a acquise en la matière dans la banque des particuliers[1].

Concernant les fonctionnalités disponibles via les canaux digitaux, et en particulier celles qui le sont sur les app, c’est Boursorama qui occupe le sommet du classement sur le cœur des fonctionnalités bancaires (proches des fonctionnalités des particuliers). En revanche, le « beyond banking » (gestion des factures, des taxes, aide à la création d’entreprise) apparait comme le terrain de jeu des néobanques, et en particulier de Anytime.

Sur les mêmes fonctionnalités, les résultats sont très différents quand on passe par le site Web, et certaines banques de réseau, BNP Paribas en particulier, sont au moins aussi performantes que les acteurs digitaux.


C’est sur l’étendue de l’offre que les résultats ont semblé particulièrement intéressants, notamment à travers le fonctionnement en réseau mis en œuvre par certaines banques digitales, et qui leur permet de compléter leur offre grâce à des acteurs spécialisés. Ainsi, grâce à des partenariats avec October ou Younited (financement), Zettle, Lightspeed, Square (terminaux de paiement électronique) … les néo-banques permettent à leurs clients professionnels, et en particulier aux entreprises individuelles, d’accéder à un ensemble de services qui répondent à l’ensemble de leurs besoins professionnels, même s’ils ne sont pas gérés directement par leur établissement bancaire.

D-Rating renouvellera cette étude en 2022 et suivra tout au long de l’année l’évolution des fonctionnalités disponibles au travers des applications mobiles via son dispositif de Market Alerts (https://www.d-rating.com/market-alerts) qui suit en temps réel l’évolution des applications mobiles des banques.

A fin octobre 2021, D-Rating évalue à 6,6/6,7 millions le nombre de comptes « pros » en France, i.e. conçus pour répondre aux besoins des indépendants (professions libérales, commerçants...), des micro-entrepreneurs et des TPE. Parmi les enseignes opérant sur le marché des particuliers, il est à noter que Fortuneo (Arkea) ou Ma French Bank (Groupe la Poste) ne proposent pas à date d’offre spécifique, et que celle d’Hello Bank ! n’a été lancée qu’au printemps 2021. S’agissant de Memo Bank, les objectifs quantitatifs très limités qu’elle s’assigne (4 000 clients en 2024) se justifient par un positionnement tourné vers les PME qui la conduit à refuser la clientèle des indépendants, ce qui a conduit à ne pas la retenir dans le panel étudié par D-Rating.

Le panel étudié : Cette première campagne a permis d’étudier complètement les 16 enseignes suivantes[2] :


Les spécificités de l’évaluation digitale de la banque des pro


Pour cette première notation de la Banque des pros, D-Rating a centré son évaluation sur la proposition digitale (parcours, canaux, offres, fonctionnalités) des banques vers les TPE et PME françaises.


Tout comme pour l’évaluation de la banque des particuliers, D-Rating a évalué trois parcours client digitaux : ouverture de compte, virements, prise de rendez-vous avec un conseiller. Cette évaluation a été complétée par une mesure de la performance des canaux de contact digitaux (en particulier chat et chatbot) mis à disposition sur les applications mobiles et sur les espaces web authentifiés. D-Rating a également mesuré la possibilité d’accéder aux offres de la banque via les supports digitaux, ainsi que les fonctionnalités mises à disposition des utilisateurs sur les applications mobiles ou sur les espaces authentifiés sur le web.


C’est sur le sujet des offres et fonctionnalités que l’évaluation diffère sensiblement de celle de la banque des particuliers : sur l’accès aux offres, D-Rating a étudié les offres suivantes : prêt court termes, placement de trésorerie, factoring, terminaux de paiement électronique, assurance/protection de l’entreprise et assurance santé.


Sur les fonctionnalités D-Rating a ajouté aux critères appliqués aux « particuliers » des fonctionnalités « pro » sur les opérations bancaires (cash, cartes et chèques), et ce qui peut être qualifié de « beyond banking » (aide à la création d’entreprise, aide à la gestion des factures, aide à la gestion des notes de frais et autres aides à la comptabilité…), c’est-à-dire ce qui peut aider à la gestion quotidienne de l’entreprise en lien avec l’univers bancaire et des paiements.


Contacts : Philippe Bailly (Philippe.bailly@d-rating.com) ou Sylvain Deniau (sylvain.deniau@d-rating.com)


A propos de D-Rating

Créée début 2017, D‑Rating est la première agence de notation de la performance digitale des entreprises.

D-Rating fournit à l’ensemble des acteurs marché (investisseurs, analystes financiers, gestionnaires de fonds et entreprises) une notation indépendante de la compétitivité digitale des entreprises susceptible d’impacter leur performance à moyen terme.

Grace à une approche innovante basée sur une méthodologie ‘data-driven’ – incluant l’analyse de plus de 800 indicateurs – D-Rating est déjà un standard dans le secteur des services financiers et est aujourd’hui engagé dans le déploiement de ses activités au niveau international et dans de multiples secteurs d’activité.


[1] Sur ce domaine, Hello Bank! était la deuxième banque française la mieux classée en 2020 parmi les banques de détail, derrière... sa maison-mère BNP Paribas. [2] Pour des questions de complexités principalement dues à process d’ouverture de compte nous n’avons pu finaliser à ce stade l’évaluation de Crédit Mutuel Arkéa et Mémo Bank

305 vues